s
site du louvetisme
site du louvetisme

Guides et
Scouts d'Europe

Vera Barclay

Vera Barclay est née en 1893 en Angleterre dans une famille de huit enfants. Son père est pasteur, et sa mère – Florence Louisa Charlesworth – est écrivain.

À 19 ans, elle devient un des premiers chefs scouts (tous les garçons du village faisaient partie de la troupe). À ce moment-là, des garçons plus jeunes veulent aussi faire du scoutisme, alors Vera Barclay commence à adapter le programme scout en une pédagogie qui convienne à des enfants de moins de 12 ans et devient Akela de la meute 1re Hertford Heath.

Baden-Powell, qui réfléchit lui aussi à une forme de scoutisme adaptée aux plus jeunes, entend parler de cette jeune cheftaine et la convoque à Londres en 1916 pour devenir la première secrétaire de la branche louveteaux.
Vera Barclay contribue alors à la rédaction du « Livre du Louveteau » et expérimente ses observations avec sa meute.

Pendant plusieurs annĂ©es, Vera Barclay Ĺ“uvre au dĂ©veloppement du louvetisme. Elle visite de nombreuses meutes, organise des rassemblements et Ă©crit beaucoup. Entre des histoires pour louveteaux, des articles pour les revues scoutes et des manuels de pĂ©dagogie, son Ĺ“uvre est grande. L’un de ses ouvrages, « Le Louvetisme et la formation du caractère », est un hĂ©ritage prĂ©cieux pour la pĂ©dagogie du louvetisme. Elle Ă©crit : « Ce livre n’est pas un manuel. […] Son but est de nous faire « penser ». Mon conseil est clair, dit-elle : commencez par rĂ©flĂ©chir et par penser. […] J’ai travaillĂ© Ă  la lumière de la nature ; puis je me suis mise Ă  tirer des conclusions.1 »

« Si le louvetisme répond si bien aux aspirations du garçon, c’est qu’il est conforme aux lois naturelles de la psychologie ; il faut donc le considérer comme le milieu approprié à la jeune âme humaine, celui où elle se développera mieux que dans les compartiments surannés de l’éducation d’autrefois. Ce milieu étant approprié à l’enfant, il tirera de lui, pour ainsi dire, ce qu’il a de meilleur, il l’aidera peu à peu à s’élever au-dessus de ses meilleurs instincts, jusqu’aux actes supérieurs d’un être raisonnable, capable de préférer le bien au mal, Dieu au monde ou à lui-même.2 »

En 1920, Vera Barclay reçoit le Loup d’Argent, la plus haute distinction scoute dĂ©cernĂ©e pour rĂ©compenser des services exceptionnels. Pourtant, c’est plus ou moins au mĂŞme moment qu’elle quitte sa fonction de secrĂ©taire pour dĂ©mĂ©nager Ă  plusieurs centaines de kilomètres de Londres. Convertie au catholicisme, Vera a le dĂ©sir de devenir religieuse.
Ce projet n’aboutit pas, et elle continue Ă  faire profiter le mouvement scout de son expertise. Tout en menant de nouveaux projets et en encadrant des groupes scouts, elle est sollicitĂ©e pour former des chefs au camp de Gilwell Park, ainsi qu’en France au centre de formation de Chamarande.

Vera Barclay quitte ses fonctions dans le scoutisme en 1931 et, sa santĂ© devenue fragile, s’installe en Suisse. Elle rentre en Angleterre quelques annĂ©es plus tard oĂą elle poursuit Ă  l’Ă©cart son Ĺ“uvre littĂ©raire.
En septembre 1989 – à 95 ans –, elle meurt, aveugle et oubliée. Le temps est venu de recevoir son charisme pour en vivre à notre tour : nous sommes ses héritiers spirituels.

 

1. Le louvetisme et la formation du caractère, Vera Barclay
2. Sagesse de jungle, Vera Barclay